bien etre

Détox : les règles d’or

Rien de mieux que la détox pour alléger l’organisme, clarifier son teint, retrouver de l’énergie et… prendre de nouvelles (bonnes) habitudes. Allez, on s’y met !

Tout savoir sur la détox

On fait chauffer la machine

Pour optimiser les résultats de la détox mais aussi en limiter les effets secondaires (maux de têtes, fatigue, saute d’humeur), on s’offre une vraie préparation. Quatre jours avant le top départ, on élimine de son assiette les protéines animales, à J-3, les laitages et à J-2, les féculents. Une journée avant, on ne garde que les fruits, les légumes cuits vapeur et les crudités. On remplace le café, le thé et l’alcool par des tisanes, on systématise le citron pressé dans de l’eau chaude à jeun le matin pour stimuler la digestion. Les plus motivées peuvent aussi faire une purge intestinale la veille de la cure ou le premier matin afin d’activer le nettoyage du côlon pour éviter les sensations de faim des premiers jours. Les méthodes conseillés : l’absorption d’eau salée (sel d’Epsom ou de Glauber), le lavement ou l’hydrothérapie du côlon réalisée par un professionnel, notamment en cabinet de naturopathie (entre 60 € et 80 €).

Alcool, cigarette, café, thé : on calme l’excitation.

Les deux premiers sont contreproductifs. Quant à la théine et à la caféine, elles perturbent le taux naturel de glycémie, acidifient l’organisme et contrarie l’apport en sels minéraux dont celui-ci a besoin pour se purifier. Et oui… On fait une VRAIE détox !

On boit, on boit, on boit ! Sans modération…

On se délecte de boissons délicieuses : de l’eau pure, fraîche ou chaude, un citron pressé sans sucre, un jus de gingembre, des tisanes dépuratives à base d’orties, de menthe, de camomille, de pissenlits, de coriandre, de feuilles de framboisier, de gingembre, de coriandre, de cannelle, etc. Ou la savoureuse infusion de plantes Detox Delight.

Yoga, massage, sauna, pilâtes : on booste sa détox

Une activité sportive douce, une routine beauté bio et allégée (on abandonne son « layering » pendant la durée de la cure), des massages du corps avec un focus sur le ventre, une hydrothérapie du côlon et des séances de sauna : autant d’activités réjouissantes (si, si l’hydrothérapie du côlon, c’est réjouissant !) qui optimise la détoxification.

On évite les ruptures de cure

Déjeuners d’affaire, apéro superfétatoire, petits diners entre amies, goûter surprise au bureau : aucune excuse n’est bonne pour interrompre la cure. En cas d’obligation sociale, on choisit une salade de crudités ou une soupe. On peut aussi venir avec son jus, sa soupe ou son p’tit plat végétalien : l’objet du délice, aussi beau que délicieux, risque de faire des jaloux.

On ne meurt jamais de faim. Quelle idée ! Un (petit) creux pendant la cure ? On boit un grand verre d’eau, une tisane chaude, un thé glacé, un citron pressé. Une (vraie) faim ? On se cale en se régalant avec quelques amandes, noix, noisettes ou un demi avocat.

On oxygène sa peau

Elle est l’une des meilleures portes de sortie pour éliminer les toxines. On lui facilite donc le travail en l’exfoliant au quotidien. L’outil de prédilection ? Une brosse large avec un long manche en bois et des poils naturels souples. On l’utilise avant la douche, sur peau sèche et on frotte l’ensemble du corps, en douceur, afin d’activer le système lymphatique et de favoriser l’élimination des cellules mortes sans abîmer l’épiderme.

On joue les filles de l’air (pur)

Allez ouste, dehors ! On quitte le trottoir et on va s’aérer en forêt, à la campagne, au bord de la mer, près d’une cascade, bref, partout là où l’air est chargé en ions négatifs. Leur job ? En augmentant le débit d’oxygène dans le cerveau et dans le corps, ils boostent l’alcalinité dans le sang, améliorent la fonction cardiaque, renforcent le système nerveux, calment le stress, donnent de l’énergie et aident à mieux dormir. Ils facilitent aussi l’assimilation des nutriments et l’élimination des déchets.

On dort comme un bébé

C’est pendant la nuit que l’organisme bosse pour activer la régénération cellulaire et éliminer les toxines, avec un pic d’activité entre 23h et 3h du matin. Différentes études ont également démontré l’incidence des (trop) petites nuits sur le poids. En effet, le manque de sommeil diminue la sensibilité à l’insuline et la tolérance au glucose, il influe sur la leptine, une hormone qui donne le signal qu’on a assez mangé et sur la ghréline, qui stimule la faim. Enfin, ceux et celles qui dorment moins mangent plus, plus gras et plus sucré. Zou, au dodo !

On profite de la cure pour changer ses habitudes

On ne fête pas la fin de la détox avec un hamburger-frittes-coca-omelette-norvégienne. Autant tirer à boulet rouge sur son foie et son système digestif tout neuf… Au contraire, on poursuit le travail de purification pendant deux ou trois semaines et on en profite pour changer ses habitudes alimentaires en évitant les aliments trop gras et trop sucrés, l’alcool et la cigarette. On y va doucement en réintroduisant les fruits, les légumes cuits vapeur et assaisonnés avec un trait de citron et une bonne huile d’olive (parfait pour un bon équilibre acido-basique). Puis on ajoute des œufs, du fromage de brebis et de chèvre et, enfin, des protéines maigres tels le poulet, la dinde et le poisson (le tout bio, de préférence). Si on en pince pour le sucre, on découvre le stevia ou le sucre de coco (avec un index glycémique ultra bas de 35, il ne plombe ni l’organisme, ni la ligne).

source : http://www.bibamagazine.fr/beaute/soins-visage-corps/detox-les-10-regles-d-or-3-40939

Le printemps, meilleure saison pour chasser la cellulite!

Le printemps est la saison maudite de votre cellulite! Savez-vous pourquoi? Parce que c’est une intense période de régénération cellulaire, et que la cellulite, comme son nom l’indique, doit se traiter jusque dans vos cellules. C’est un problème de mauvaise circulation, qui piège eau et graisses à l’intérieur des cellules.

Le printemps est le moment de l’année où la lutte antikilos et antiflétrissement est le plus efficace!

Vos cellules se renouvellent, en moyenne, au rythme de 7 milliards par jour. Ce nombre déjà impressionnant double au printemps! Votre circulation se fait plus intense, le sang nourrit puis nettoie vos cellules, jouant un rôle capital dans l’élimination des toxines. Et parmi ces toxines, celles de la cellulite.

La cellulite résulte de la capacité que possèdent certains tissus graisseux à retenir les liquides. Si vous avez de la cellulite, c’est un problème de mauvaise circulation, et de mauvaise élimination. C’est au printemps, au moment où les échanges corporels se font plus intenses, qu’il est temps de corriger votre métabolisme!

Photo de l´article

La diététique anticellulite

Quelques règles à observer décuplent de façon drastique l’efficacité des traitements. Augmentez votre ration de fibres alimentaires avec légumes verts, fruits, légumes secs et céréales complètes, qui activent le transit et piègent les mauvaises graisses. Mangez moins de viande rouge et de charcuterie, plus de volailles et de poissons. Limitez votre consommation de sel. Eliminez alcools et sucreries. Mangez des fruits en dehors des repas, vers 17 h. Buvez beaucoup!

Décoction de pissenlit

Jetez 50 g de racines de pissenlit dans 1/2 litre d’eau froide. Faites bouillir pendant 10 min, puis filtrez. Buvez 2 tasses par jour de cette boisson diurétique et détoxinante, entre les repas.

Les recettes naturelles qui désinfiltrent la peau d’orange

Le lierre est connu pour ses propriétés anticellulitiques: il attaque les graisses et favorise l’élimination de l’eau. Le cataplasme doit être appliqué avant l’utilisation de la crème désinfiltrante.

Cataplasme anticellulite

Cueillez des fleurs de lierre grimpant. Ecrasez-les au rouleau à pâtisserie, mélangez à 50 cl de fromage blanc à 40%. Etalez en couche de 2 cm d’épaisseur sur un linge en coton, puis appliquez sur vos zones de cellulite le mélange à même la peau. Laissez en place pendant un quart d’heure. Rincez à l’eau froide.

Crème désinfiltrante

Faites fondre 80 g de vaseline et 10 g de lanoline au bain-marie. Ajoutez 10 g de teinture de lierre grimpant et 10 gouttes d’huile essentielle de sarriette en remuant. Laissez refroidir en agitant de temps à autre.

Massez vos zones de cellulite avec cette crème, après la douche, en la faisant pénétrer par massages rotatifs, en profondeur.

Offrez vite à votre épiderme les moyens de retrouver la fermeté qui lui va si bien!

source : http://www.bluewin.ch/content/bluewin/fr/conso/mode-beaute/2015/5/12/le-printemps–meilleure-saison-pour-chasser-la-cellulite-.html

La marche divise le risque par 2

Quel est l’intérêt de l’activité physique chez la femme ménopausée ? 

Le premier intérêt est la protection cardiovasculaire, car l’activité physique agit sur tous les facteurs de risque, contrairement aux médicaments qui ont une action plus ciblée. À facteurs de risque identiques, les femmes ménopausées qui marchent régulièrement ont un risque diminué de 50%. Le deuxième bénéfice est la prévention de l’ostéoporose et du risque de fractures. L’activité physique permet de réduire la perte osseuse et de maintenir la densité osseuse.

Enfin, elle permet de maintenir la masse musculaire et de diminuer la masse grasse intra abdominale responsable de l’obésité androïde des femmes ménopausées.

Quel type d’activités conseiller ? 

L’endurance (marche rapide, vélo) doit se pratiquer 5 fois par semaine, sur une durée de 30 minutes en une seule fois ou en 3 fois 10 minutes.

Elle permet de garder la taille fine. La musculation douce qui entretient la masse maigre peut se faire très facilement chez soi en soulevant des petites charges (haltères ou bouteille d’eau) de façon répétée au moins 15 fois par séries de 4 ou 5.

Le principal est de trouver une activité physique qui plaise, car les bénéfices n’existent que tant que l’on pratique !